Les 3 semaines d’un patient hospitalisé en gérontopsychiatrie

La clinique gérontopsychiatrique de Rochebrune à Garches, comportera 140 lits et places :

  • 60 lits de court séjour gérontopsychiatrique ;
  • 60 lits de Soins de Suite et de Réadaptation gériatrique dont 12 lits d’UCC ;
  • 20 places d’hospitalisation de jour gérontopsychiatrique.


La première semaine réservée à l’évaluation globale du patient, dans toutes les composantes de sa prise en charge :

Evaluation  de son état de santé, son autonomie, sa dépendance, ses conditions de vie (évaluation sociale et environnementale en lien avec la ville), sa fragilité, sa dénutrition éventuelle

Bilans effectués sur prescription médicale :

  • cognitif (psychologue, neuropsychologue)
  • sensoriel (psychologue, neuro psychologue, psychomotricien)
  • motricité : (kinésithérapeute, éducateur APA, ergothérapeute)
  • orthophonie : (orthophoniste)
  • déglutition : (orthophoniste)
  • nutritionnel et diététique : (diététicienne)

Journée type d’un patient en gérontopsychiatrie :

De 7h00 à 7h15 : Transmission équipe soignante Jour / Nuit

De 7h30 à 8h30 : Réveil
Réveil, prise des constantes par les IDE, toilettes ou changes par AS.

De 8h00 à 9h30 : Petit-déjeuner
Le petit-déjeuner est servi en chambre
Le petit-déjeuner tient compte des goûts des patients et de leurs régimes.
Une infirmière est présente pour donner les médicaments et superviser le petit-déjeuner.
Les aides-soignantes sont présentes pour aider le patient.

De 9h00 à 12h00 : Visite médicale

De 9h00 à 10h30 : Toilettes et aide aux soins par les aides-soignantes et IDE. Soins infirmiers.

De 10h00 à 11h30 : Intervention(s) de professionnels paramédicaux pour une évaluation

A 10h30 : Tour d’hydratation

De 11h30 à 12h45 : Déjeuner
Repas en salle de restaurant, sauf pour les patients jugés trop fatigués ou dépendants.
Sont présents des infirmières, des aides-soignantes et des agents de service.
Les patients ont la possibilité d'accueillir pour le repas leurs parents et amis sur avis médical.

De 12h45 à 14h30 : Change, temps calme et sieste.

De 14h30 à 17h30 : Suite des animations et proposition d’ateliers thérapeutiques. 

15h30 : Goûter

De 18h45 à 19h30 : Dîner
Le repas du soir peut être pris soit en chambre soit en salle de restaurant, selon l’état du patient. L’équipe encouragera les patients à prendre le dîner en salle de restauration autant que possible pour renforcer leur autonomie.
Sont présents des infirmières, des aides-soignantes et des agents de service.

A 19h15 à 19h30 : Transmission équipe soignante Jour / Nuit

De 19h30 à 20h30 : Aide et soins au coucher

A 22h : Collation de nuit selon les besoins du patient

Nuit : Surveillance, change et soins si nécessaire

Après quelques jours, un staff pluridisciplinaire de restitution générale de l’ensemble des bilans effectués. La synthèse est faite sur les capacités du patient permet d’établir un projet de soins personnalisé avec la collaboration du patient. Il dispose dès lors d’un programme de soins formalisé dans un programme thérapeutique, conçu comme un emploi du temps hebdomadaire, lui permettant de se repérer. La prise en charge s'appuie sur des activités thérapeutiques de groupes et individuelles. L’élaboration de ce programme est suivie par des évaluations régulières afin de réajuster le soin aux besoins du patient.

Les journées d'hospitalisation sont rythmées par des prises en charge de stimulation, tantôt pour rééduquer la marche, la façon de s’asseoir, de se relever, de se baisser et tantôt de la rééducation ou des massages, la plupart du temps individuelles.

Dans une autre séquence quotidienne, une activité de stimulation cognitive sera organisée pour le patient de manière à évaluer ses progrès au fil des jours de sorte de varier les approches.

Les approches sont diverses :

Approche fonctionnelle et corporelle : atelier marche, atelier relevé du sol, gymnastique, atelier équilibre, bain thérapeutique, atelier multi sensoriel, activités physiques adaptées (tennis de table, pétanque, tir à l’arc) => animation par les kinésithérapeutes, l’éducateur APA et les psychomotriciens.

Approche art-thérapie : atelier jeu théâtral, atelier peinture, mosaïque, séance znoezelen => animation par les neuro psychologues, les ergothérapeutes, les orthophonistes et les psychomotriciens.

Approche sociale et environnementale: travail sur l’autonomie, atelier sortie extérieure, cuisine, jardin thérapeutique, atelier mémoire réminiscence, atelier aidant=> animation par les ergothérapeutes, les orthophonistes et les psychomotriciens.

Approche comportementale et cognitive : atelier affirmation de soi, atelier photo-vidéo (image du corps), atelier d’expression et de communication, groupe de parole libre => animation par les psychologues ou neuro psychologues et les psychomotriciens.

A noter, que les séances individuelles se dérouleront de préférence le matin et les ateliers de groupe plutôt l’après-midi afin d’y associer également les aidants.

Des repas thérapeutiques par groupes pourront être constitués pour compléter ces démarches. L’objectif de ces repas est de laisser le temps nécessaire aux patients de s’alimenter, sans être pressé, perturbé par du bruit ou autres facteurs désorientant, dans une ambiance propice à l’échange et au plaisir gustatif. Des soignants formés à cette démarche accompagnent les patients, les aident et les valorisent dans leurs gestes. Ces repas thérapeutiques viennent lutter contre la dénutrition sévère de certains patients.

Le bien être moral n’est pas oublié avec une psychologue socio-thérapeute qui profite de soins à visée esthétique (manucure, modelage du visage) pour travailler sur la re-narcissisation de patients souvent en perte d’estime de soi.

Des visites à domicile seront faites en amont de la sortie par l’ergothérapeute et/ou l’assistante sociale et/ou l’IDE de liaison afin d’évaluer les conditions de vie du patient à domicile. Les conclusions de la visite seront discutées en staff pluridisciplinaires où chaque intervenant pourra participer à l’élaboration du projet de sortie.

A noter que chaque semaine, à un jour défini à l’avance, des bilans intermédiaires seront réalisés par chaque intervenant afin d’analyse la progression du patient dans son programme thérapeutique afin d’ajuster si besoin sa prise en charge.

La fin du séjour est principalement consacrée à finaliser la sortie avec pour objectif de valoriser l’amélioration constatée pour minimiser la rupture et l’angoisse que peuvent générer la sortie de l’établissement et le retour à domicile ou dans un hébergement de substitution.

La mise en place d’un dispositif d’aides variées sera étudiée avec l’assistante sociale et les paramédicaux, en lien avec le gestionnaire de cas de la MAIA, les acteurs du domicile ou les réseaux locaux.

L’intérêt des IDE de liaison, qui coordonnent le parcours du patient, prend ici toute sa dimension car ce trait d’union est essentiel pour s’assurer de la justesse des choix faits en termes de projet de sortie du patient.

Des bilans de sortie sont réalisés afin de consolider et confirmer la date prévisionnelle de sortie.

Les IDE de liaison veilleront à ce que le patient et son entourage soient moteurs dans ce projet de sortie et qu’ils soient inclus dans un maillage solide en ville afin d’éviter des récidives, ruptures ou ré-hospitalisations. Afin de bien réussir cette étape, le temps ne sera pas compté pour expliquer au patient les modalités de son départ, et ce qu’il va se passer pour lui ensuite.

Tous les documents nécessaires à la continuité de la prise en charge sont transmis au médecin traitant du patient et aux intervenants de ville s’il y en a. Un suivi du patient sera opéré par l’IDE de liaison afin d’analyser le bon déroulement de son traitement ou des dispositifs mis en place.

/ Agence : LJCom